ORAKI, les leggings à adopter !

ORAKI, les leggings à adopter !

Voilà ! ORAKI fait son entrée en boutique aujourd'hui..

Si c'est la première fois que vous entendez parler de cette compagnie alors ouvrez bien vos oreilles... umh umh.. vos yeux, parce que vous risquez fort bien de vouloir participer à la réussite de cette formidable aventure fondée par Cynthia Savard (qui plus est, originaire de Rimouski), qui produit des vêtements de yoga et de sport à partir de matières recyclées. Oui oui, vous avez bien lu...

 

Disons-le nous, c'est dans l'air du temps de vouloir trouver des solutions aux problématiques environnementales et de vouloir diminuer (voir éliminer) le plus possible notre emprunte écologique. Voici donc ce que propose ORAKI, pour chaque nouveaux vêtements, c'est de 10 à 12 bouteilles de plastique qui sont recyclées, transformées en fil de plastique puis finalement utilisées pour fabriquer les superbes leggings qui foulent présentement le plancher de la boutique.

 

 

                 

 

 

Je pourrais vous en parler pendant un long moment tellement je suis impressionnée de tous les efforts qui sont mis en oeuvre du début de la production jusqu'à leur distribution, mais je vous invite plutôt à venir nous voir ou bien d'aller lire sur cette incroyable ligne qui m'étais tout à fait inconnue il y a de cela quelques jours. C'est réellement passionnant et surtout encourageant de voir qu'il est possible de créer des vêtements confortables, durables et surtout éco-responsables. Ahhh oui j'oubliais ! Et par dessus tout, c'est tellement beau ! De belles coupes feminines, de beaux imprimés colorés effectués par sublimation, une technique des plus écologique et tout ceci fait au Québec... Que voulez de plus ? Moi je suis vendue et vous ?

 

Magasiner vos leggings ORAKI.

 

Vous pouvez en savoir davantage sur ORAKI et sur leur technique de récupération.

 

Et si vous voulez vous conscientiser d'avantage sur la problématique du plastique dans l'océan et dans les sites d'enfouissements, je vous invite à prendre quelques minutes pour écouter ce reportage.

 

  

 

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
* Champs obligatoires